jan 18, 2012 | CreamFresh | Hip Hop, Music | 0 | , , , , ,

De La Soul – 3 Feet High & Rising (1989)


En 1989, au rayon hip hop, ce qui vient de sortir c’est le premier album de De La Soul «3 Feet High and Rising». Au sein des Native Tongues, ces new-yorkais de Long Island donnent le ton d’une nouvelle scène. Sans chaînes en or, ils débarquent avec leur philosophie plus « peace », celle du «rap conscient».


Cet album de génie est un kaléïdoscope de collages acidulés, puisant des sons à droite à gauche, du P-Funk à Johnny Cash en passant par Hall & Oates. A l’époque, isoler des extraits de morceaux existants pour en créer de nouveaux est un phénomène récent et surtout réservé au hip-hop. Malheureusement, un sampling illégal de The Turtles (sur le titre «Transmitting Live From Mars») leur vaut des poursuites judiciaires pour des problèmes évidents de droits d’auteur. Cette affaire, qui fît polémique, est à l’origine de la législation sur les artistes à créditer pour l’utilisation de leur samples. A partir de ce jour, les méthodes de production du hip hop sont bouleversées, et de nombreux albums sont retardés…


Sur «Me, Myself & I», le groupe revendique sa place parmi les autres (« If you take three glasses of water and put food coloring in them, you have many different colors, but it’s still the same old water »). Pour le clip, c’est «back in the days» à l’école du rap, où Prof. Defbeat apprend aux élèves à gérer de leur image et à taper la bonne pose gangsta… mais il y a De La Soul! ils sont en marge, ont leur regard critique et toujours de l’auto-dérision…





(Au passage, on reconnait plusieurs samples dont le mega-hit P-funk «(Not Just) Knee Deep» de Funkadelic. Mais le record de l’album: 22 titres samplés en 48 secondes atteint sur «Cool Breeze On The Rocks», pas vu mieux…)


Et ca, c’est un vinyl!

Share


Leave a Comment